Dandy Riders : Famille nombreuse

12027363_578520082286233_6498611627498700351_oY’à des bécanes qui claquent, du barbu, du moustachu, des tatoués et des bikeuses invétérées, car depuis sa création, il y a trois ans, la Dandy Riders Family a su réunir des membres hétéroclites et fantasques, venus principalement du grand Sud ( de Biarritz à Monaco ) mais aussi de Corse, Lyon ou Paris. Comme une envie de partager ensemble un engouement immodéré pour les motos et tout ce qui s’y rapporte, se rapprocher collés-serrés sur la même selle et juste profiter du paysage. Histoire d’une communauté en voie de prolifération.

12030402_578957428909165_81127965060544294_oT’en connais beaucoup, toi, Brandon Lee, des familles où tout le monde se supporte, pire, où tout le monde s’entend hyper bien et envisage les grandes réunions avec joie? Un instantané tout droit tiré de la première scène du Parrain? Ben écoute, mon p’tit Brandon Lee, malheureusement pour toi – et pour moi, ton masque de cynisme se fissure…Parce que t’auras beau chercher l’erreur avec toute la détermination démoniaque dont tu es capable, les motos et les potes, il paraitrait que ça suffit à rendre heureux !

« Au début, nous étions une dizaine à nous retrouver. Entre copains, pour des

Mélanie et David

Mélanie et David

rides intergénérationnels, à rouler sur des bécanes au look sympa qui nous semblaient, pour certains, inaccessibles plus jeunes. » explique Laurent, dit Mamour – oui, parce que tu le sais bien Brandon Lee, dans chaque famille sympa, il y a des petits surnoms non moins sympas ! -. « Notre credo : rouler ensemble et sans compétition et couronner le tout par de bonnes bouffes et apéros ». Un noyau dur se forme. Et les anecdotes pleuvent, chacun a son histoire, son chemin individuel pour s’associer à ce cercle joyeux avec, en son centre gravitationnel, la moto : franche déception après avoir côtoyé une association «  trop sectaire et à la mentalité trop fermée » pour Rémy et Phu-Huy, amitiés anciennes, copains de copains de copains de copines, valeurs communes. Et tu m’étonnes, Brandon Lee, le concept fait des émules.

Toi, tu rentres

Cette communauté, à l’état d’esprit décomplexé et décontracté, attire. Et si « le groupe s‘éloigne de l’idée parfois un peu stricte et formelle d’un club, avec une approche plus simple et plus ouverte, » racontent Mélanie et David, ne fait pas partie des Dandy Riders qui veut.

Lolo and co'

Lolo and co’

Tu crois qu’avec ton sublime SR Deus, cette perle qui vous rend si fier, toi et ta descendance, celle que les mags spécialisés s’arrachent pour avoir l’honneur d’en faire leur couv’, ta place est gagnée. Et ben non, mon p’tit Brandon Lee. Ca ne se passe pas comme ça. Pour rejoindre cette family pourtant hyper open, il faut que tu sois intronisé, parrainé par un des membres. Histoire de conserver cette belle unité familiale qui enthousiasme tant Rémy : « Tu tisses des liens avec des gens que tu n’aurais pas forcément croisé autre part. Il y’ a des personnes dont tu es proche et certaines avec qui tu as moins d’affinités mais que tu es malgré tout heureux de retrouver aux grands rassemblements. »

Et Lolo créa l’assoc’

Et pour gérer toute cette marmaille attachante et bruyante de 180 membres, Lolo – président multifonctions – fait office de patriarche bienveillant. Epaulé par les membres de la première heure, il donne un nouveau souffle à cette heureuse pagaille pétaradante, jusqu’alors sans cadre, sans limite, sans frontière. Fini la

Gilles

Gilles

tribu, les Dandy Riders se mue en association, avec statut juridique, compte bancaire, et tout et tout. « Il nous manquait une entité légale afin d’être crédibles dans l’organisation de sorties ou d’événements divers. », explique Gilles, trésorier. Et pourtant, même si cette transition vers l’âge mûr semble un brin rabat-joie, la famille ne perd rien de sa superbe. D’adhésion, de cotisation, il n’en est toujours pas question. Les obligations sont proscrites et chacun reste libre. Comme dirait Lolo, le bien nommé, « le but de l’assoc.’, c’est avant tout de se mettre au service des Dandys. Ne lier personne avec des questions pécuniaires mais plutôt essayer de récolter des fonds, avec la vente de goodies par exemple, afin d’être en mesure d’offrir des prestations sympas lors des sorties. »  Prestations pouvant bien souvent  prendre la forme d’une bonne bière partagée entre motards pour que les émotions du ride se prolongent encore un peu.  Ca fait cliché ? T’as raison Brandon Lee, mais je t’avais prévenu, cette famille est carrément bizarre !

Crédit photos : kanak – 2point99

2 replies on “Dandy Riders : Famille nombreuse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.