Dans la peau d’Agusta

IMG_5639

On le sait tous, – enfin moi je le sais en tout cas, et, tu auras sans doute remarqué avec quelle élégance je reste muette face à tes extrapolations au demeurant fort sympathiques !, François Frédéric, t’exagère toujours un peu.
Quand tu parles de ta bécane, de ce qui vous lie, que « tu fais corps avec elle » et que tu l’ « as dans le sang », c’est mignon et touchant mais ça sent un petit le bluff et la broderie. Et puis Raphaël fut. Et redonna à ces expressions toute leur substance. Président du club MV Agusta France, son pouls est rythmé par les vibrations de son (ses) Agusta. Viens voir par ici et écoute quelques instants Raphaël nous conter sa passion pour cette moto mythique.

IMG_5640Sa rencontre fatale avec la marque légendaire sera sonore. « Je me rappelle du bruit du moteur au démarrage. Ca m’a fait vibrer. » Et depuis Raphaël poursuit sa quête inlassable et euphorique pour retrouver cette résonance inégalée. Se confronter à cette moto qui flirte avec l’histoire, à cette Agusta au passé jalonné de coupes « la marque a été 37 fois championne du monde », qui attise les convoitises et par ses prouesses techniques et par sa rareté. « La production a toujours été confidentielle, gage d’excellence. Pour le modèle America 750, seulement 540 exemplaires ont vu le jour. » Et puis Agusta, c’est aussi les prémices de la préparation d’aujourd’hui. MV construisait ses machines de façon artisanale et les assemblait en petites séries. Une préparation à la carte des motos était proposée par l’usine à la commande ou quand la moto revenait pour un entretien : kit de 4 carburateurs pour les 600, puis roues, freins et carénages pour les 750S et America. « La marque nous a fait rêver gamins pour toutes ces raisons, cette aura de championne et cette idée de moto faite sur mesure. C’est vraiment une moto qui prend aux tripes. »

IMG_5642Intarissable, Raphaël évoque l’histoire, les anecdotes et les détails spécifiques mais aussi les plaisirs d’aujourd’hui. Les motos, il en est dingue. Il en a possédé et en possède encore beaucoup. Mais celle-ci, sa troisième Agusta, c’est pas pareil. « Il m’a fallu 5 ans pour que je la trouve. Cette 750 de 74, superbe, complète avec son carénage, option d’époque. » Et depuis 6 ans, il fait route avec elle. « J’adore piloter cette moto. Elle appelle son pilote à l’embrasser, le casque collé au bouchon du réservoir. Sur les circuits elle aspire la ligne droite en hurlant et se place directement dans les courbes, sans rechigner. Evidement les tambours réclament une main de fer et quelques tours de mise en température. Les pneus, pas larges, donnent un bon grip sur le bitume mouillé mais attention la belle pèse tout de même son poids. » Une moto d’exception, qui se mérite, et qui demande beaucoup d’énergie car très puissante. Une extase que Raphaël partage en organisant des rides sous l’égide du club MV. Toi aussi, François Frédéric, tu succombes à l’aura de cette légende routière ? Va faire un tour sur le forum de MVAgusta France.

Un grand merci à Raphaël David, président du club MV Agusta France, pour sa patience et ses explications incroyablement détaillées !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.