Pourquoi faire de la moto, c’est bon pour la santé?

 

Oui, oui, je te le concède, Saint Brett, en voilà un titre bien présomptueux, tout droit tiré d’un improbable chapitre de thèse rédigé à la lueur d’une bougie en paraffine, sur un bureau d’écolier jonchés de paquets Sodebo, par un courageux doctorant tout pressé d’en mettre plein la vue à ses pairs avec toute l’étendue steppienne de son savoir…. du coup, je devine que si tu lis cet article, c’est seulement pour voir si l’auteure va échouer lamentablement à soutenir cette assertion, ce qui te donnerait alors la formidable opportunité de commentaires assassins et doctoraux. Mais comme on pas peur de grand chose, et encore moins du ridicule et de la philosophie mécaniquo-médicalisée, on t’explique par A moins C qu’en fait, être motard, c’est vachement bon pour ton hygiène de vie !

Tu fumes pas ou moins – ce qui est déjà pas mal !

Trop occupé à prendre en considération les aléas de la loi de la gravité, au lieu d’allumer, tranquille, une clope quand tu conduis et bien, tu préfères tenir ton guidon. A deux mains.

T’as déjà pourtant tenté de remédier à ce pénible état de fait en coinçant ta Gitane au coin des lèvres, même en roulant, mais tu t’es vite aperçu que de 1 – les Gitanes, c’est dégueulasse, de 2- tes sourcils étaient super inflammables et de 3 –  le goût de la cendre persiste au delà de ce que Sensodyne n’a jamais osé envisager….

Et ce qui est plutôt chouette, c’est que le concept est déclinable avec ta bière, ton pastis ou ton Spritz !

Tu survoles la gestion des priorités

Quand d’autres se posent des questions vachement envahissantes sur comment intégrer la représentation MJC de la danse de la Tarentelle – oui, elle existe, je l’ai vécue et c’était plutôt conceptuel ! – de Jules Renaud à un emploi du temps surchargé entre faire plaisir à sa femme en lui demandant « comment s’est passée ta journée, poussin ? » et rester concentré au moins deux minutes sur le report d’une séance chez l’esthéticienne qui n’était pas à l’heure, rédiger le CR de la réunion du lundi – dont tout le monde se fout, en plus,-  ou déboucher la baignoire qui reflue une substance pilo-marrônatre depuis trois mois, et bien, t’as décidé de rouler. Ta priorité, c’est la moto, le reste attendra, le surmenage et cette inquiétante sensation d’étouffement signe avant coureur d’un gaillard burn-out qui se profile, tu connais pas.

Tu développes ton activité physique

Ha ! Ha ! Ca t’étonne ? Tu te dis, comme ça, qu’à priori, vu que tu roules, c’est que tu n’utilises pas tes pieds…. Et bien, c’est que tu as sans doute oublié que ta moto, elle est custom. Donc, souvent en panne. Alors, tu marches. Pour faire le tour des trente et une enseignes qui pourront te fournir ce petit joint torique, pour pousser ta bécane jusqu’à la prochaine station-essence parce que ton réservoir contient 2 litres 4, et parce que malgré ce petit joint torique et l’essence, ta moto est toujours en panne….

Et le pilotage de ton racer sans gainage, c’est même pas envisageable…alors, même quand tu roules, tu forces – selon tes possibilités, évidemment…. – sur les abdos, CQFD, tu n’arrêtes jamais.

De l’équilibre alimentaire

Comme t’es loin d’être un motard du mercredi, tes rides, ils sont régionaux, nationaux et internationaux. Yep. Et parce que t’aimes la vie et la gastronomie – les  polars des années 50, Johnny Halliday et les combis en Néoprène, mais tout ça n’a aucun rapport…-, tu goûtes à tous les plats, connus, inconnus, à base de Nori, de graisse d’oie et de patate douce, et comme Jean Michel C., nutritionniste à ses heures cathodiques, aime à le rappeler, rien de telle qu’une alimentation variée pour être en bonne santé ! Merci Jean Mich !

Le stress, cette énigme pour toi

Tu l’as compris depuis bien longtemps, le stress, c’est nase. Au lieu de ruminer, ressasser, de te questionner sur  « De quoi sera fait demain ? » et « Pourquoi les oiseaux se cachent pour mourir ? », t’as décidé de voir du pays – ou de la départementale -, d’évacuer la pression en roulant avec tes potes – et si t’aimes pas les gens, de les envoyer voir à Franc Prix si t’y es et de profiter du bitume, seul -, d’en prendre pleins les yeux et les poumons, histoire de te coucher moins bête le soir venu et de faire tout plein de jolis rêves.

Tu l’auras compris, Saint Brett, tu peux continuer gaiement à kicker, ta bécane, ta médecine alternative !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.