Mimo tattoo : Itinéraire d’un enfant Tatoué

girls-dont-cryTon bras gauche sans tattoo, Elvis Marco, c’est un peu comme ton réservoir sans metal flake. Le custom, ce n’est pas qu’une simple histoire de guidon et sellerie cuir sur ta bécane, c’est aussi, ton cou, tes poignets et tes omoplates qui réclament, déchaînés, leur droit – que dis-je ! leur devoir – envers l’unique et l’original. Arrête de faire l’enfant, Elvis Marco, sors de ta chambre et viens avec nous à la rencontre de Mimo de chez Art Tattoo.

Quand tu vas voir Mimo, il n’est pas tout seul. Avec lui, il trimballe ses dossiers de 40 tonnes avec esquisses et futures ébauches, ses plusieurs vies avant le tattoo et son envie dévorante de répondre à l’appel de tes membres ( ! ) et de réaliser le tatouage de ta vie.dog_stuff

« Ca fait 5 ans que j’ai franchi le pas. » Oui, parce que Mimo n’est plus un bébé et bien qu’il traîne son désir de marquer tes flancs à l’encre noire depuis ses 18 ans, «  j’ai attendu…sur les conseils d’Alex, fondateur de Art Tattoo, mon pote d’enfance qui lui s’est lancé de suite. Je l’ai regardé, admiratif, être l’élève et se former auprès de Stéphane Chaudesaigues, sommité de l’époque ».

Il faut dire, qu’il y a 20 ans, le tatouage fait figure de marginal. Alors Mimo entame sa première vie de « photographe dans l’armée puis à la retraite devient restaurateur. »  Et toujours, en loisirs envahissants, qui s’accrochent à lui tels des arapèdes pesantes mais tellement attachantes, « la peinture sur huile, l’aquarelle et les croquis. Et bien sûr, les tattoos. Ceux que j’ai voulus pour moi et ceux réalisés par Alex, entre autres, dont je n’ai jamais cessé de suivre le travail. »

trooperSa crise da la quarantaine, Mimo la vit donc en liquidant son resto et en enfilant son petit uniforme seyant de stagiaire chez son ami de toujours, Alex. Premiers prénoms, premières sueurs froides, premières nuits sans sommeil à redouter le léger tremblement du lendemain. Et tout ça, sous le masque stoïque et impénétrable du gars sans peur et sans reproche, qui maîtrise son sujet. «  C’est vraiment une grosse pression tes premiers coups d’aiguille. Spéciale dédicace à ma femme et mes potes qui ont prêtés, sans (dé)faillir, leur peau pour mes tattoos prototypes. »tee_de_mort

Mimo a 40 ans. Il s’est déjà beaucoup renseigné, beaucoup entraîné dans sa tête et se retrouve être supervisé par un bon pro, il progresse vite « et assez rapidement je me lance dans de grosses pièces style portrait. » Son carnet de commandes est plein quelques mois à l’avance et avec humilité, celui qui se définit comme un tatoueur de quartier, « on ne peux pas dire que j’ai un style à proprement parler. je ne suis pas une rock star du tattoo. » qualifie son travail « d’une grande technicité, d’un boulot pro, propre et bien fait. »

Si toi aussi, Elvis Marco, tu veux ton petit bout d’éternité sur l’avant de ton quadriceps musculeux, que le style néo-trad réaliste – maîtrisé avec panache par Art Tattoo – te touche en plein coeur, et même si t’aimes les oiseaux graciles et poétiques, n’hésites plus, avec humanité et technicité Mimo entend l’appel de ta peau et y répond.

Adresse : 8 rue Gallieni – 06 500 Menton

Tél : 04 93 35 60 85

Facebook

Site

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.